Vis ma vie d’allergique – le « Food Tour » de Pauline Deleplancque

Pauline Deleplancque, chez TeamInside Lille depuis Mars 2020

Quand Thomas m’a proposé de rédiger un article pour Le Blog des Insiders, sur un sujet qui me “donnait envie d’écrire”, j’étais à la fois émue, conquise et angoissée par la page blanche du Drive > Google Docs. 

Je pourrais vous parler de mes coups de coeur en termes de podcasts, de bouquins, de découvertes musicales. Je pourrais aussi vous parler de toutes ces choses qui me font vibrer (hormis les notifications Messenger et Slack sur mon téléphone). 

La course à pied, depuis bientôt 10 ans, le renforcement musculaire depuis chez moi, les marathons vidéo Youtube. Les voyages à l’autre bout du monde puis le … Non en fait, là on dirait un CV, beaucoup trop léché. 

Alors, je vais tenter de vous donner du grain à moudre, un tant soit peu intéressant. 

Je suis ce genre de fille qui adore faire les courses. Mais pas les courses shopping comme Laetitia, non. 

Je navigue à bord des rayons Biocoop, Naturalia, Monoprix, Match, Carrefour, Intermarché. 

Je saisis la nuance entre un beurre de cacahuètes « crunchy » et un « smooth », entre une patate douce provenance Espagne et sa cousine française. Je connais les prix des courgettes unitaires au poids près. BREF. Vous ne pourrez pas me battre sur ce terrain. 

Je vous présente donc mon caddie parfait : je ne peux consommer ni gluten, ni lactose pour raisons médicales, mais si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet : Google > Search > maladie coeliaque / Google > Search > allergie au lactose. Et si dans votre entourage, certaines personnes se voient contraintes d’éviter coûte que coûte le blé, le fromage, ainsi que toute autre forme de nourriture potentiellement dangereuse pour leur organisme, voici quelques exemples de « produits propres à la consommation » : 

  • La patate douce (mentionnée plus haut) est mon aliment de base. Je la consomme salée ou sucrée. Elle passe au four, cuit à la vapeur, se congèle sans souci. Elle s’utilise en soupe, en sauce, et même version smoothie. 
  • Les courgettes (mentionnées plus haut bis), au goût très neutre, se marient à tout (ou presque). On peut même en faire des bases de recettes sucrées (comme les fondants chocolat, testé-approuvé). Et si vous êtes VÉG(an/étalien/étarien), y’a moyen de négocier quelque chose. 
  • Le poulet, les œufs ou le thon, sans qui je trouverais mes repas bien tristes. 
  • Les graines de chia, de chanvre, le beurre de cacahuètes (surtout le beurre de cacahuètes en fait). 
  • Le riz : facile à préparer, parfait en salade, chaud, froid, « sushisé » comme il se doit (d’ailleurs,il y a de chouettes tutos pour apprendre à faire ses sushis soi-même). 
  • Le lait ou yaourt végétal : je l’utilise énormément en guise de dessert, pour mes petits déjeuners, le café du matin, le “matcha latte” de l’après-midi. Il existe également des variantes de crèmes à cuisiner (coco, amande, soja), pour agrémenter n’importe quel type de plat. 
  • Mange tes légumes (je vous recommande sincèrement d’aller jeter un œil chez Camille, naturopathe fan de cyclisme). 

Pourquoi cette digression ? Parce que j’ai dû être un lapin dans une vie antérieure et que je me régale quand il s’agit de ce que la terre peut nous offrir. Mais si une salade de fruits traîne dans les parages, je ne dis pas non. 

En d’autres termes, ceci est une liste non exhaustive dans laquelle vous pouvez piocher, pour tester, pour faire plaisir ou vous faire plaisir, ou simplement parce que vous souhaitez donner un coup de fourchette bien différent de celui dont vous avez l’habitude. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.