L’interview de Lise

Depuis quand travailles-tu avec Aravati et comment l’as-tu connu ? 

Alors moi j’ai un parcours un peu particulier, je suis arrivée au pôle « régie Teaminside et Aravati On Demand » il y a bientôt 2 ans en décembre. J’ai connu Aravati pendant le confinement, j’étais dans le sud en freelance à l’époque. J’ai postulé à une annonce et j’ai eu Hélène qui m’a fait commencer en tant que consultante chez l’Oréal, pendant 1 an. Et après, lors d’un petit café informel elle m’a proposé de passer de l’autre côté et de devenir Cheffe de mission, afin d’accompagner les consultants, de faire le recrutement ainsi que du sourcing. Une toute nouvelle aventure que j’ai saisie en janvier 2022.

Est-ce que cela te plaît ?

Oui super. En interne autant que chez le client tout est incroyable. Chez le client, on a plusieurs consultants donc c’est vrai qu’il y a énormément de sociabilité. On sent que Humanskills est vraiment là, mais en même temps, il y a cette intégration chez le client qui est incroyable, car les équipes sont vraiment là pour toi. Également en interne au sein du groupe Humanskills les équipes sont folles, tu découvres toutes les entités, toutes les marques. Tout le monde est assez ouvert, il n’y a pas de « secte » entre les entités, tout le monde parle avec tout le monde et s’échange des tips. C’est une très bonne ambiance.

En quoi consiste ton rôle de Cheffe de mission ? 

Il y a un premier volet où c’est vraiment du sourcing, de la recherche de talents digitaux que l’on va appeler, que l’on va chercher sur LinkedIn, sur tous les outils sur lesquels tu peux avoir des profils. Après, on va qualifier ces talents, que ce soit en visio ou par téléphone. Le deuxième volet, c’est, c’est la relation client, où l’on va leur proposer des profils, voir avec eux ce qui correspond, affiner peut-être la recherche, etc. Il y a un troisième volet qui est le consultant, où là, on doit vraiment gérer le consultant, le manager, le faire évoluer. S’il a des doutes ou des difficultés, être là pour lui, pour justement trouver les solutions et réadapter les missions pour l’emmener là où il veut être emmené.

Est-ce qu’il y a un projet qui t’as marqué ?

Alors, oui, c’était chez l’Oréal. J’ai toujours adoré tout ce qui est social media, influence, j’avais commencé en agence avec ça et j’avais une très bonne formatrice, qui est devenue une de mes meilleures amies.

Chez l’Oréal, on avait fait un projet pour un produit qui s’appelle Minéral 99, qui est un produit d’hydratation. On avait fait toute une activation sur Snapchat, avec un filtre et plusieurs contenus 360 sur d’autres réseaux. Cette campagne là avait été une des campagnes reprises par Snapchat, pour illustrer les réussites du réseau auprès de plein d’autres marques et groupes. Cela a été une petite fierté pour l’équipe marketing et digitale et pour moi également.

Est-ce que tu as un talent caché ?

Quand j’étais au lycée, j’écrivais beaucoup de chansons et j’avais une copine qui jouait de la guitare. On avait fait un concert pour la fête de la musique pour un énorme lycée à Nice. À l’entrée de ce concert-là, on voulait pas me faire rentrer alors qu’il s’agissait de mon propre concert. J’avais beau leur expliquer, on me disait juste « non, tu n’as pas la tête d’une chanteuse donc tu ne rentres pas ». J’ai donc fait le concert devant le lycée au début, et après, ils ont compris et ils m’ont fait rentrer. Voilà pour la petite anecdote.

Est-ce que tu as quelque chose d’inavouable à nous avouer ?


Tout d’abord, il faut savoir que tous les mardis, si vous êtes à Laffitte, il y a des M&M’S. Je vais acheter le plus gros paquet parce que l’on mange beaucoup de M&M’S. Mon talent « caché », c’est que je ne mange pas la cacahuète du M&M’S, je suis un peu un castor ou un petit écureuil, je mange vraiment juste le chocolat. Pas de jugement merci !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.